Le choix des photos Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • Une image, dit-on, vaut mille mots. L’humanité n’a pas attendu Paris Match et son slogan «Le poids des mots, le choc des photos» pour s’en apercevoir: les grimaces des portails des cathédrales du Moyen Âge en disaient assez long sur les tourments de l’enfer pour impressionner les pécheurs. Leur force venait aussi de leur rareté. L’habitude de voir des représentations de faces de démons déformées a sans doute contribué à diminuer leur valeur pédagogique.

    De façon assez étrange cependant, même dans notre temps où elle surabonde, l’image continue de marquer les esprits. Elle est un outil de propagande. Songeons à Vladimir Poutine dont la galerie ressemble à une version virile de la vie de Martine: à la pêche, à cheval, jouant au hockey, prenant un bain d’eau glacée, etc. N’en rions pas, car cela ne lui est pas propre: beaucoup, sur les réseaux sociaux, choisissent, voire retouchent, avec soin la photo qu’ils publient selon ce qu’ils veulent montrer d’eux. A l’inverse, l’image des autres n’est pas toujours traitée avec bienveillance. Avons-nous souvent vu des photos montrant Donald Trump à son avantage?

    Une photo n’est jamais neutre. Toute guerre – comme toute lutte – étant une guerre de l’information, elle est aussi une guerre de l’image. Ainsi, celui qui en partage une devient, parfois malgré lui, vecteur d’un message, et même de plusieurs messages puisque l’image est sujette à interprétation. Voyons-nous dans une image ce que ceux qui l’ont prise, transmise, choisie et diffusée ont vu?

    Toute guerre est une guerre de l’information, donc de l’image.

    Dans le climat tendu que nous connaissons, illustrer un article sur le conflit israélo-palestinien est aussi complexe que rédiger le compte-rendu d’un match de football dans lequel les supporters des deux camps trouveront un détail prouvant que le journaliste est partisan de l’autre équipe – la comparaison n’est pas aussi triviale qu’elle peut paraître. La couverture du numéro que vous tenez entre les mains montre le visage d’un homme dont le cadrage ne permet pas de déterminer s’il est israélien ou palestinien. Parce que cela n’importe pas. Son affliction est le seul message qu’il nous paraissait opportun de partager.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    C’est joli, un merci

    27-02-2024

    C’est joli, un merci

    C’est joli, tout de même. Marco Odermatt s’est adjugé son troisième gros globe de cristal. Pour la troisième fois, il terminera – la saison n’est pas finie – en tête...

    Cancer: mieux vivre avec la maladie

    27-02-2024

    Cancer: mieux vivre avec la maladie

    Depuis plus de cinq ans, à Genève, la fondation Otium soutient des personnes atteintes d’un cancer pendant et après la maladie. A travers les thérapies reçues, les bénéficiaires cherchent à...

    User sa vieille voiture

    27-02-2024

    User sa vieille voiture

    Changer de véhicule, est-ce vraiment écologique? Pas forcément, selon l’Office fédéral de l’environnement et selon Lucien Willemin, un conférencier neuchâtelois qui dénonce un «gaspillage automobile» motivé par l’écologie. L’achat d’occasion...

    Des magazines Junior

    27-02-2024

    Des magazines Junior

    Si la consommation de l’information passe souvent par les écrans aujourd’hui, les enfants aiment encore tenir un fascicule entre leurs mains. De nouveaux magazines jeunesse sont apparus ces dernières années...

    L'animal du mois: Le loup

    27-02-2024

    L'animal du mois: Le loup

    Histoire Le loup. Me voilà parti contrôler quelques caméras, accompagné d’un ami, pour le suivi des loups. Durant notre parcours on réalise, grâce aux images capturées par l’un des pièges photos...

    Bernadette sur scène

    27-02-2024

    Bernadette sur scène

    En représentation le 17 février à Genève, le spectacle musical à succès (250’000 spectateurs à Paris) Bernadette de Lourdes met en scène avec finesse et émotion l’histoire de la jeune...

    TV: L’ultim Rumantsch

    27-02-2024

    TV: L’ultim Rumantsch

    En Suisse, on parle quatre langues: allemand, français, italien et romanche. Une fois n’est pas coutume, la RTS diffuse une série en romanche et en suisse allemand sous-titrée en français...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés