Le courrier du tsar Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • Il y avait du soleil et le chien du club s’appelait Dagobert. Au-dessus du chalet, le temps tournait parfois; les pages des livres, elles, sans cesse. Il y avait Fantômette, puis des héros d’une autre trempe. Rebecca, sauf erreur, avait de beaux yeux devant Ivanhoé et ceux de Michel Strogoff, courrier du tsar, n’avaient Dieu merci pas vraiment été brûlés. Souvenirs lointains d’étés où le temps filait entre les randonnées, les parties de jass et les jeux qui restaient parfois des jeux d’enfants.

    Ces premières lectures étaient une porte d’entrée magistralement ouverte sur de plus grands espaces (merci maman!). A 15 ans, la rencontre avec Werther et le roi Marc qui régnait en Cornouailles. L’amour était courtois, bientôt étrange, voire malsain – à sa décharge, tout conspirait à nuire à Phèdre. Au pied de la Cime de l’Est, le Collège de l’abbaye ouvrait les ailes de nos âmes à tous les vents des mers – il fallait parfois réciter Lamartine pour être ivre de poésie comme Baudelaire. L’éléphant blanc de Rilke passait et repassait, Schiller dans le texte était une torture et Céline, quelle claque!

    Le Collège de l’abbaye ouvrait les ailes de nos âmes.

    Nous n’étions pas sérieux, nous avions 17 ans, à peine le permis en poche au moment de quitter des profs dont nous ne mesurions pas toujours ce qu’ils nous avaient apporté (dont Christophe Gaillard). Nous avions nos joies et nos peines, et il en reste quelques souvenirs. Un peu moins riants aujourd’hui. «Ils ont gâché nos souvenirs», disait un ami en apprenant les abus de certains chanoines et les secrets de l’abbaye. Les nuages se sont assombris dans le Saint-Maurice de notre mémoire où nous rencontrons toujours des hommes à la soutane noire et au rochet blanc sans plus savoir qui ils étaient vraiment.

    La déception est plus grande que la surprise. On craint soudain de relire son passé, de découvrir un autre sens à des choses qui semblaient alors anodines. On craint moins de relire de vieux livres. La lecture est une échappatoire, dit à raison Christine Pompéï: dans des moments d’une vie d’adulte comme celui-ci, il est bon de pouvoir s’enfuir avec le courrier du tsar. 

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    C’est joli, un merci

    27-02-2024

    C’est joli, un merci

    C’est joli, tout de même. Marco Odermatt s’est adjugé son troisième gros globe de cristal. Pour la troisième fois, il terminera – la saison n’est pas finie – en tête...

    Cancer: mieux vivre avec la maladie

    27-02-2024

    Cancer: mieux vivre avec la maladie

    Depuis plus de cinq ans, à Genève, la fondation Otium soutient des personnes atteintes d’un cancer pendant et après la maladie. A travers les thérapies reçues, les bénéficiaires cherchent à...

    User sa vieille voiture

    27-02-2024

    User sa vieille voiture

    Changer de véhicule, est-ce vraiment écologique? Pas forcément, selon l’Office fédéral de l’environnement et selon Lucien Willemin, un conférencier neuchâtelois qui dénonce un «gaspillage automobile» motivé par l’écologie. L’achat d’occasion...

    Des magazines Junior

    27-02-2024

    Des magazines Junior

    Si la consommation de l’information passe souvent par les écrans aujourd’hui, les enfants aiment encore tenir un fascicule entre leurs mains. De nouveaux magazines jeunesse sont apparus ces dernières années...

    L'animal du mois: Le loup

    27-02-2024

    L'animal du mois: Le loup

    Histoire Le loup. Me voilà parti contrôler quelques caméras, accompagné d’un ami, pour le suivi des loups. Durant notre parcours on réalise, grâce aux images capturées par l’un des pièges photos...

    Bernadette sur scène

    27-02-2024

    Bernadette sur scène

    En représentation le 17 février à Genève, le spectacle musical à succès (250’000 spectateurs à Paris) Bernadette de Lourdes met en scène avec finesse et émotion l’histoire de la jeune...

    TV: L’ultim Rumantsch

    27-02-2024

    TV: L’ultim Rumantsch

    En Suisse, on parle quatre langues: allemand, français, italien et romanche. Une fois n’est pas coutume, la RTS diffuse une série en romanche et en suisse allemand sous-titrée en français...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés