Sauf votre respect… Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • Nous avons tous nos médiocrités, cela a déjà été écrit ici, et le génie n’est pas la norme. Sans quoi tous ces auteurs dont on publie les atermoiements seraient Chateaubriand. Et Ignazio Cassis le serait aussi – notre politique étrangère aurait plus d’allure. Mais, en ces temps où la démocratie n’est pas à la fête, avoir bradé la neutralité et n’avoir rien obtenu de Bruxelles en échange n’est pas le plus grave. La médiocrité d’Etat éclate au grand jour de bien plus triste façon.

    Il ne s’agit pas là uniquement de l’absence totale de discernement d’Emmanuel Macron qui s’est si bien acharné à dissoudre la gauche et la droite françaises qu’il s’est dissous lui-même. Le président français participe également d’une autre façon au délitement des élites. Se montrer en sweat-shirt à capuche et courtiser des youtubeurs a autant contribué que le «Casse-toi, pauvre con» de Nicolas Sarkozy et le scooter de François Hollande, le président normal des «sans dents», à désacraliser sa fonction.

    Se montrer en sweat-shirt à capuche a désacralisé la fonction.

    Pour servir le peuple, un élu doit respecter aussi bien sa fonction qu’autrui. Mais de respect, il n’y en a plus. Un élu d’extrême droite britannique a ainsi traité le Premier ministre Rishi Sunak de Paki, injure raciste qu’il a assortie d’un mot grossier. Le Saint-Père a lui-même utilisé un terme injurieux au sujet des homosexuels. Sans s’en rendre compte. La première fois, peut-être… Certes, le premier a été surpris par une caméra cachée; certes, le second s’exprimait dans un cadre privé. Mais Joe Biden? Lors d’un débat télévisé, il a traité Donald Trump de sucker et de loser. De jobard, pour le traduire de façon polie, et de perdant. Avec un niveau de langage qui ne fait pas honneur à son rang.

    Le désamour des citoyens pour les politiciens vient aussi de là. Si les décideurs se comportent moins bien que nous, peuvent-ils assumer des responsabilités supérieures aux nôtres? Au moins, Ignazio Cassis est poli. Et sincère quand il se rend au chevet des Tessinois – même si ce ne semble pas être son rôle – après des intempéries meurtrières. C’est pourquoi on lui pardonne de ne pas être Chateaubriand. 

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    L’adieu au rêve

    16-07-2024

    L’adieu au rêve

    Un jeune amateur de sport à la fin des années 1990 en Valais pouvait tout imaginer. Un feu d’artifice au-dessus de Valère et de Tourbillon plus imposant que celui du...

    Les oubliés des Jeux

    16-07-2024

    Les oubliés des Jeux

    Les perturbations politiques l’ont fait un peu oublier, mais Paris accueille dans quelques jours les Jeux olympiques d’été. Apparemment peu enthousiaste, la population redoute le chaos, quand d’aucuns parlent déjà...

    Dans nos campagnes (3/7): Le damasson, pépite à transformer

    16-07-2024

    Dans nos campagnes (3/7): Le damasson, pépite à transformer

    Le Valais a l’abricotine et Zoug le kirsch; le Jura a la damassine. Protégée par une AOP, cette eau-de-vie montre que le produit transformé compte parfois plus que le fruit...

    Maison de quartier aux Grottes

    16-07-2024

    Maison de quartier aux Grottes

    Depuis 28 ans, l’équipe de l’association de quartier Pré en bulle, à Genève, déploie toute sa créativité pour renforcer les liens sociaux et amener les habitants à se rencontrer. Des...

    150 d’impressionnisme: Louise Breslau

    16-07-2024

    150 d’impressionnisme: Louise Breslau

    Ayant grandi à Zurich avant de faire carrière à Paris, Louise Catherine Breslau (1856-1927) peut être considérée comme l’artiste impressionniste suisse la plus fameuse. Au MCBA de Lausanne, on admire...

    Saint-Loup soigne sa mue

    16-07-2024

    Saint-Loup soigne sa mue

    Santé et spiritualité ont fait la réputation du plateau situé sur les hauts de Pompaples. Pour ne pas la perdre, la communauté religieuse qui s’y est installée en 1852 doit...

    Synode: déceptions à prévoir

    16-07-2024

    Synode: déceptions à prévoir

    La dernière étape du chemin synodal lancé par François ne répondra pas aux attentes de certains milieux. L’Instrumentum laboris qui servira de base de travail aux discussions de cet automne...

    TV: Quand le sport fait mal

    16-07-2024

    TV: Quand le sport fait mal

    Abus physiques, psychologiques, émotionnels et sexuels: les jeunes sportifs d’élite sont au cœur d’une véritable «course à l’armement sportif» et d’une course aux médailles. Enquête accablante et mise en lumière...

    L'animal du mois: Le sanglier

    17-07-2024

    L'animal du mois: Le sanglier

    Histoire Le sanglier. L’automne touche à sa fin, les arbres sont à présents dénudés, prêts à revêtir leur manteau d’hiver. Installé face à ce vaste horizon, je me laisse soudain surprendre...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés